Vie syndicale

Bien que le taux de syndicalisation demeure relativement élevé au Québec, le mouvement syndical est soumis à de nombreuses critiques. Dans le secteur public, en imposant des décrets fixant les conditions de travail, les gouvernements successifs ont progressivement remis en partie en question le pouvoir de négociation des organisations syndicales. Ces changements ont été accompagnés d'une transformation importante du monde du travail, notamment avec le développement des nouvelles technologies.
Pour continuer à défendre et à améliorer les conditions de travail des enseignantes et des enseignants de cégep, il s'avère donc indispensable de militer en faveur d'une amélioration du régime de négociation et de porter un regard attentif à l'évolution du marché du travail.

Synthèse des procédures d'assemblée
Tableau synthèse des procédures d'assemblées et Règles de fonctionnement d'une assemblée délibérante

La relève et le renouveau
Conférence de Robert Roy au Congrès de la FEC-CSQ, juin 2013
Document thématique : Quel projet syndical pour la prochaine décennie ?
Document thématique du 18e Congrès de la FEC-CSQ
juin 2007

Si pendant la construction du Québec moderne, le mouvement syndical s’est imposé comme un acteur majeur ayant favorisé l’amélioration des conditions de travail et de vie de la population, force nous est de constater que la situation a sensiblement changé. Depuis maintenant plusieurs années, le mouvement syndical est davantage sur la défensive et doit faire face à un monde du travail plus fragmenté dans lequel la « lutte des places » provoque une certaine forme de repli sur soi. Ces phénomènes, qui n’ont pas été sans impacts sur les enseignantes et les enseignants de cégeps, s’accompagnent inévitablement d’une démobilisation des membres et d’une baisse de l’influence du mouvement syndical sur les décideurs, les employeurs (l’État ou les entreprises privées) et l’opinion publique. Parallèlement à cela, les inégalités et la détérioration de l’environnement augmentent alors que les conditions de travail ont tendance à se détériorer. Pourtant, les syndicats semblent plus que jamais critiqués. Ce texte tente de proposer des pistes d’explications à ces différentes transformations. Le contexte sociopolitique et économique ainsi que les stratégies et les actions des syndicats sont les deux principaux axes de réflexion que nous proposons.
La relève enseignante et nos organisations syndicales
Michel Boucher