Accessibilité aux études collégiales sur l'ensemble du territoire

La FEC-CSQ présente à Matane dans le cadre de sa tournée régionale

31 octobre 2017

La présidente de la Fédération des enseignantes et enseignants de cégep (FEC-CSQ), Lucie Piché, sera présente aujourd'hui au Cégep de Matane puis au Centre matapédien d'études collégiales (CMÉC) d'Amqui dans le cadre d'une tournée des syndicats membres, dont ceux de Rivière-du-Loup, de Rimouski (Cégep et Institut maritime du Québec), de Gaspé et des Iles-de-la-Madeleine. Elle profitera de ce passage dans l'Est du Québec pour réitérer l'importance de mieux soutenir les cégeps de région qui agissent comme véritable pôle éducatif, culturel et social depuis cinquante ans.

« Après plusieurs années de compressions budgétaires, le gouvernement devra mettre les bouchées doubles pour améliorer les initiatives existantes, mais surtout, pour pérenniser et augmenter le financement du réseau collégial. Il en va de l'accessibilité aux études collégiales sur l'ensemble du territoire ! », de déclarer Lucie Piché, présidente de la Fédération des enseignantes et enseignants de cégep (FEC-CSQ).

Plusieurs propositions mises de l'avant pour soutenir les cégeps de région

« À Matane, comme dans plusieurs cégeps de l'Est du Québec, plusieurs projets, notamment l'accueil d'étudiantes et d'étudiants étrangers, l'augmentation de l'offre de formation à distance ou encore la valorisation de formation technique comme le programme Techniques d'animation 3D et synthèse d'images, ont permis de maintenir les activités du Cégep. Toutefois, tout cela a été rendu possible grâce à l'implication importante de la communauté collégiale et mérite d'être mieux reconnu et soutenu par le gouvernement », d'ajouter la présidente de la FEC-CSQ.

Alors que le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur vient de lancer une consultation sur le mode de financement des cégeps, la FEC-CSQ en profitera pour remettre de l'avant une série de propositions pour soutenir les cégeps qui subissent la baisse démographique existante dans plusieurs régions du Québec. Un programme de mobilité étudiante interrégionale a d'ailleurs été instauré l'année dernière, mais il reste à voir s'il est suffisant et efficace. « Depuis plusieurs années, la FEC-CSQ se mobilise pour revendiquer plus de coopération et moins de compétition au sein du réseau collégial. Cette collaboration doit notamment passer par une meilleure gestion de la carte des programmes comme l'octroi de programmes exclusifs à certains établissements », de conclure Lucie Piché.