Une première convention collective à la formation sur mesure dans un cégep du Québec

21 décembre 2017

Le Syndicat des enseignantes et enseignants du Cégep de Victoriaville (SEECV) et la Fédération des enseignantes et enseignants de cégep (FEC-CSQ) sont fiers d’annoncer la signature aujourd’hui même d’une première convention collective pour les formatrices et les formateurs de la formation sur mesure.

« Grâce à cette entente, les enseignantes et enseignants qui offrent des activités de formation sur mesure au cégep de Victoriaville deviennent les seuls formateurs de cégep à bénéficier de droits conventionnés. Dorénavant, chez nous, il n’y aura plus deux classes de profs. Chacune et chacun aura des droits, des recours et des hausses de salaire négociées. Ce n’est que justice », de déclarer Silvie Lemelin, présidente du SEECV et 1re vice-présidente de la FEC-CSQ.


Hausses salariales et protection contre l’arbitraire
Les personnes visées par l’entente effectuent de la formation en entreprise ou en loisirs dans leurs différents domaines d’expertise : robotique, agriculture, éducation à l’enfance, informatique, ébénisterie, etc. Même si elles étaient syndiquées depuis longtemps, la convention collective des enseignantes et enseignants de cégep ne s’appliquait pas à la formation sur mesure.

« Nous avons déposé des griefs pour faire corriger cette situation aberrante. La partie patronale a finalement consenti à entreprendre une négociation nationale visant à convenir d’une annexe à notre convention déterminant les conditions de travail propres à la formation sur mesure. Quatre-vingt-douze pour cent (92 %) d’entre eux ont obtenu des hausses salariales intéressantes, allant jusqu’à 51 % dans certains cas », rappelle la présidente du Syndicat, également membre du comité de négociation.

La Fédération des enseignantes et enseignants de cégep se réjouit que ses affiliés de Victoriaville se positionnent désormais comme des pionniers en matière de syndicalisation des enseignantes et enseignants les plus précaires parmi les précaires. La FEC-CSQ a offert le soutien nécessaire pour mener à bien cette négociation particulière. « Nous pensons que ce résultat favorable incitera les autres syndicats d’enseignantes et d’enseignants de cégep à élargir le champ d’application de leur accréditation syndicale afin d’imiter la démarche exemplaire du syndicat de Victoriaville », conclut Éric Denis, porte-parole du comité de négociation syndical et vice-président de la FEC-CSQ.