Pour que l'éducation devienne un enjeu électoral

États généraux de l'enseignement supérieur

7 mai 2018

À la conclusion des travaux du Deuxième rendez-vous des États généraux de l'enseignement supérieur, le collectif regroupant les vingt-cinq organisations syndicales, professionnelles, étudiantes et communautaires sortent satisfaits des orientations définies par les participantes et les participants. Les discussions ont permis de cibler des pistes des solutions prometteuses afin de réorienter les réseaux collégial et universitaire au service de l'intérêt commun en insistant sur les précarités, le financement et la gouvernance.

Ce n'était pas anodin d'inviter, à la veille des élections provinciales, les représentant-es des principaux partis politiques et les acteurs de l'enseignement supérieur pour discuter du développement et de leur vision des réseaux. Pour Véronique de Sève, vice-présidente de la CSN, « il est important que nos décideurs entendent ce que les personnes préoccupées par l'avenir de l'enseignement supérieur ont à dire. Ces hommes et ces femmes supportent à bout de bras les réseaux collégial et universitaire malgré les embûches, malgré des décisions politiques et financières trop souvent en contradiction avec le développement social. Nous apprécions la présence aujourd'hui des porte-paroles des principaux partis politiques. Souhaitons que le rapport du collectif leur soit une source d'inspiration durant la prochaine campagne électorale ».

Les précarités
La précarité sous toutes ses formes des divers corps d'emplois doit faire l'objet d'une sérieuse remise en question. Les conditions de travail du personnel se sont terriblement dégradées au fil des années et le taux de précarité du personnel est effarant. Le stress lié aux études, à la charge de travail, à l'isolement et l'incertitude financière engendrent une détresse psychologique parfois importante tant au sein de la population étudiante que chez les différents personnels.
« Nous croyons que le gouvernement provincial devrait mettre en oeuvre une stratégie d'intervention pour prévenir et contrer les problèmes psychologiques en enseignement supérieur. À cet égard, nous demandons un financement supplémentaire et récurrent visant l'amélioration des services aux étudiantes et aux étudiants souffrant d'anxiété et de de détresse psychologique sans retrancher le budget de fonctionnement des universités. » précise Guillaume Lecorps, président, Union étudiante du Québec (UEQ).

Le financement
Afin de sortir d'une dynamique de compétition entre les établissements et afin que l'éducation redevienne une véritable priorité au Québec, les participantes et participants misent sur des solutions qui pourront garantir un financement étatique à la hauteur des besoins. « Une nouvelle formule de financement, tant au niveau collégial qu'au niveau universitaire, pourrait corriger les travers des allocations et des subventions spécifiques provoqués par les changements et les ajouts survenus au fil du temps, » affirme Mario Beauchemin, 3e vice-président de la CSQ. « Des modifications doivent être apportées aux modes de financement afin de les rendre plus équitables, mieux adaptés à l'ensemble des missions et au service des communautés. » précise-t-il.

La gouvernance
La culture de la collégialité est partie intégrante du mode de fonctionnement des cégeps et des universités depuis leur création. Malheureusement, l'imposition des pratiques managériales a mis à mal les principes de collégialité et de liberté académique et a entrainé une judiciarisation des rapports entre les différents acteurs.
« Nous devons revenir à une plus grande collégialité, une gestion participative au sein de tous les établissements ainsi qu'à la représentation de tous les groupes de la communauté au sein des comités décisionnels ou consultatifs. Il importe de se réapproprier nos institutions et de les guider vers notre idéal de l'enseignement supérieur. » souligne pour sa part Claude Fortin, vice-présidente, Fédération du personnel professionnel des universités et de la recherche (FPPU).

Pour les participants à ce second rendez-vous des États généraux de l'enseignement supérieur, la principale solution aux problèmes des réseaux collégial et universitaire réside dans la capacité des institutions d'enseignement supérieur d'exercer librement leurs missions d'enseignement, de recherche et de création, pour faire avancer l'ensemble des savoirs humains et les partager avec la communauté. Sans une véritable volonté politique, c'est donc la société québécoise qui en subira les préjudices.
Pour télécharger le rapport du collectif, rendez-vous sur http://eges.quebec.

À propos
Les membres du collectif des États généraux de l'enseignement supérieur sont :
Association des Étudiantes et des Étudiants de Laval inscrits aux Études supérieures (ÆLIÉS), Association pour la voix étudiante au Québec (AVEQ), Association québécoise des étudiants ayant des incapacités au postsecondaire (AQEIPS), Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Confédération des associations d'étudiants et d'étudiantes de l'Université Laval (CADEUL), Confédération des syndicats nationaux (CSN), Conseil provincial du secteur universitaire (CPSU-FTQ), Fédération des associations étudiantes du campus de l'Université de Montréal (FAÉCUM), Fédération des associations étudiantes universitaires québécoises en éducation permanente (FAEUQEP), Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN), Fédération des enseignantes et enseignants de cégep (FEC-CSQ), Fédération des professionnèles (FP-CSN), Fédération du personnel de soutien de l'enseignement supérieur (FPSES-CSQ), Fédération du personnel professionnel des collèges (FPPC-CSQ), Fédération du personnel professionnel des universités et de la recherche (FPPU), Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), Fédération québécoise des professeures et professeurs d'université (FQPPU), Fondation Paul Gérin-Lajoie, Institut de coopération pour l'éducation des adultes (ICEA), Nouveaux cahiers du socialisme (NCS), Nouvelle alliance pour la philosophie au collège (NAPAC), Regroupement des syndicats universitaires (RSU-CSQ), Syndicat des Étudiant-e-s Salarié-e-s de l'Université de Montréal (SÉSUM), Union étudiante du Québec (UÉQ).

Pour de plus amples renseignements, visitez http://eges.quebec et suivez EGES2018 sur Facebook.